Crise de la presse: le très influent M. Schweitzer peut-il sauver «Le Monde»?

Deuxième volet de notre enquête sur la crise de la presse: qui est donc Louis Schweitzer, ami et successeur d'Alain Minc à la présidence du conseil de surveillance du groupe Le Monde? Haut fonctionnaire un temps marqué à gauche, devenu patron de Renault, il collectionne les jetons de présence dans les conseils d'administration et demeure l'un des patrons les mieux payés du CAC 40. Portrait.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Quand, le 11 février, Louis Schweitzer prend la succession d'Alain Minc à la présidence du conseil de surveillance du groupe Le Monde, l'opinion dominante dans les milieux de la presse, comme dans ceux des affaires, est qu'une page importante se tourne. Réaction de bon sens pour quiconque connaît la réputation des deux hommes.
Entremetteur du capitalisme parisien, conseiller de nombreux PDG français ainsi que de Nicolas Sarkozy, Alain Minc a si souvent joué de son influence à la confluence de la politique, de la presse et des affaires, qu'il a fini par fédérer de nombreuses hostilités et devenir l'un des symboles du capitalisme de connivence français.