Amnesty dénonce la pollution carbone des batteries des voitures électriques

Par
Amnesty International s'en est pris jeudi au secteur des véhicules électriques, auquel il reproche de se présenter comme vertueux sur le plan écologique alors qu'il fabrique une grande partie de ses batteries à l'aide de combustibles fossiles polluants et de minéraux extraits dans des conditions non respectueuses des normes éthiques.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

LONDRES (Reuters) - Amnesty International s'en est pris jeudi au secteur des véhicules électriques, auquel il reproche de se présenter comme vertueux sur le plan écologique alors qu'il fabrique une grande partie de ses batteries à l'aide de combustibles fossiles polluants et de minéraux extraits dans des conditions non respectueuses des normes éthiques.