Pouvoir d’achat: le gouvernement affiche sa nervosité

Par

Le gouvernement a très vivement réagi aux doutes de l’Insee quant à l’effet des mesures fiscales sur le pouvoir d’achat des ménages. Il se défend en publiant un simulateur qui ne traduit qu’une partie de la réalité. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Auparavant, pour régler un problème, on créait une commission. Même s’il n’a pas encore absolument abandonné cette méthode déjà moquée en son temps par Clemenceau (par exemple sur la question du « verrou de Bercy »), le gouvernement d’Édouard Philippe a adopté une nouvelle voie : à chaque problème, un « simulateur ». Sans doute est-ce là l’effet de la « modernité » de l’exécutif. Ainsi, Bercy avait publié cet automne un calculateur des indemnités prudhommales possibles en cas de licenciement abusif, après la promulgation des ordonnances. Voilà qu’il publie en ce 21 décembre un simulateur de « gains de pouvoir d’achat » pour 2018, à la suite des mesures fiscales prises par le gouvernement dans la loi de finances 2018 qui va être adoptée ce même jour. Ce simulateur ne naît pas par hasard, il répond à une polémique ouverte par la note de conjoncture de l’Insee publiée le 19 décembre.