Romaric Godin

Ses Derniers articles

  • Allocations logement: le rêve de Darmanin pour justifier la baisse de 5 euros

    Par

    Dans un entretien à La Provence, le ministre de l’action et des comptes publics, Gérald Darmanin, a défendu bec et ongles la baisse de 5 euros des aides personnalisées au logement, allant même jusqu’à réclamer des propriétaires une baisse des loyers. Le signe d’un gouvernement aux abois pour défendre ses choix politiques. 

  • Les choix économiques expliquent les difficultés politiques de Macron

    Par

    En choisissant de donner la priorité à la consolidation budgétaire, Emmanuel Macron a modifié la logique de son programme économique et s’est aliéné une partie de l’opinion. Les efforts pour tenter de sauver la face d’une politique de « l’en même temps » et du « ni droite, ni gauche » ont achevé d’affaiblir sa position. 

  • Le mythe du succès des réformes sociales en Allemagne

    Par

    Une des justifications principales des « réformes structurelles » est leur succès dans l’Allemagne du début des années 2000. Or bon nombre d’études confirment désormais que ces réformes portées par Gerhard Schröder ne sont pas à l’origine du « miracle économique allemand », déconstruisant un des mythes favoris des dirigeants français et européens. 

  • La croissance française tient le cap, mais reste fragile

    Par
    Un terminal du port du Havre, centre névralgique du commerce extérieur français. © Reuters Un terminal du port du Havre, centre névralgique du commerce extérieur français. © Reuters

    Le PIB français a progressé de 0,5 % au deuxième trimestre 2017, soit le même rythme que les deux derniers trimestres. Une amélioration qui tient avant tout à la hausse des exportations, mais qui ne valide pas la capacité du pays à résister à l'austérité programmée par le gouvernement.

  • Saint-Nazaire: une nationalisation temporaire en trompe-l'œil

    Par
    Bruno Le Maire, ministre de l'économie et des finances, à Saint-Nazaire, le 31 mai 2017. © Reuters Bruno Le Maire, ministre de l'économie et des finances, à Saint-Nazaire, le 31 mai 2017. © Reuters

    L'État va exercer son droit de préemption pour prendre le contrôle de STX France, qui exploite les chantiers navals de Saint-Nazaire. Une décision « temporaire » qui ne change pas fondamentalement la politique libérale du gouvernement. 

  • L'étrange soutien appuyé du FMI à Macron

    Par
    Bruno Le Maire, ministre français de l'économie et des finances et Christine Lagarde, directrice générale du FMI © Reuters Bruno Le Maire, ministre français de l'économie et des finances et Christine Lagarde, directrice générale du FMI © Reuters

    Le FMI a tressé des louanges à la politique du gouvernement français le 17 juillet dernier, à la grande satisfaction des deux locataires de Bercy. Mais ces conclusions s'opposent complètement avec les analyses passées de l'institution. 

  • Logement: faut-il brûler les APL?

    Par

    La baisse des aides personnelles au logement de 5 euros au 1er octobre a relancé la polémique sur l'efficacité de ces aides. Leurs contempteurs les trouvent inflationnistes et inefficaces. Mais les APL n'ont pas que des défauts et les réduire sans politique alternative relève de l'inconscience. 

  • Le gouvernement piégé par son illusion d'un “hub financier” à Paris

    Par
    La Défense, centre des affaires de Paris © Reuters La Défense, centre des affaires de Paris © Reuters

    Malgré le tapis rouge déployé par le premier ministre Édouard Philippe, le secteur financier continue de préférer Francfort à Paris pour son redéploiement à la suite du Brexit. La France n'a pas dit son dernier mot, mais cette concurrence pour s'arracher les oripeaux de la City pourrait vite se révéler être une illusion. 

  • L’austérité achève la politique de l’«en-même-temps»

    Par
    Gérald Darmanin, ministre de l'action et des comptes publics Gérald Darmanin, ministre de l'action et des comptes publics

    La démission du chef d’état-major n’est que la première conséquence d’un choix économique : celui de l’abandon de l’équilibre initial du programme d’Emmanuel Macron. Ce programme avait pu apparaître comme une forme de dépassement des impasses du néolibéralisme. Mais la pratique signe le retour de l’austérité, annonçant des déceptions et des secousses politiques. 

  • Le retour de la Grèce sur les marchés est-il une si bonne nouvelle?

    Par

    La Grèce s'apprête à faire de nouveau appel au marché pour financer sa dette, après trois ans d'absence et sept ans de crise. Mais ce retour n'a rien de l'épilogue d'une crise interminable. C'est bien plutôt une impasse de plus qui, cependant, met en relief l'exigence d'une réduction du stock de dettes.