A Sète, la gentrification menace

Ville populaire, Sète voit débarquer de nouveaux habitants séduits par le bord de mer. Alors que le maire sortant (dives droite) se représente avec le soutien de LR et LREM, des Sétois craignent la disparition de l’« âme populaire » de leur cité.

François de Monès et Annabelle Perrin (Le D’Oc)

1 février 2020 à 18h44

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

«Un jour, il n’y aura plus de chantiers, plus de bateaux de pêche et plus que des touristes ! » Cette phrase prononcée par l’un des personnages de La Graine et le mulet, film d’Abdellatif Kechiche se déroulant à Sète, pourrait bien être prophétique.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal