1er-Mai sous contrôle policier

À deux jours du début de l’examen de la loi sur le travail, la ministre Myriam El Khomri a affiché sa détermination et son optimisme à voir son texte voté. Dans la rue, le cortège parisien a réuni entre 17 000 et 70 000 manifestants, selon les sources, et les gaz lacrymogènes ont rythmé le défilé. EELV et le PCF ont dénoncé des violences policières « insupportables ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Le retrait, ce serait une retraite. » Myriam El Khomri s’est affichée déterminée au “Grand Rendez-vous” Europe 1-Le Monde-iTÉLÉ. « L'heure du Parlement est venue », a insisté la ministre du travail ce dimanche 1er mai, jour de mobilisation contre son projet de loi. Elle dit aborder ce débat « avec de l'impatience », estimant que la réforme du code du travail sortirait « enrichie » d’une discussion autour des 5 000 amendements déposés. « Je ne considère pas le Parlement comme une chambre d'enregistrement », a-t-elle assuré, tout en pronostiquant une adoption de la loi sans recours au 49.3 : « Il y a de plus en plus de députés, notamment socialistes, qui revendiquent ce projet de loi. » El Khomri s’est enfin engagée à une application de la loi « dans les six mois » après sa promulgation.