Avis de tempête sur la sarkozie

Par

Un président (de la République), Nicolas Sarkozy, qui morigène un vice-président (de l'UMP), Jean-Pierre Raffarin dès potron-minet. Un ministre, Eric Woerth, qui polémique avec un conseiller spécial de l'Elysée, Henri Guaino. Une secrétaire d'Etat, Rama Yade, qui ferraille avec sa ministre de tutelle, Roselyne Bachelot. Un premier ministre, François Fillon, qui admoneste le groupe UMP à l'Assemblée nationale. Pas de doute: la confusion est à son comble. Après une pareille journée,celle, tempétueuse, du mardi 3 novembre, la question se pose de savoir s'il peut y en avoir plusieurs de la même eausans que le bateau du sarkozysme coule à pic.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Résumons. 63 députés de la majorité, nous y reviendrons, publient dans Le Monde, daté lundi 2 novembre, jour des trépassés, une tribune dans laquelle ils affirment que «le grand emprunt doit mobiliser entre 50 et 100 milliards». On se souvient que cette proposition du président de la République, faite le 22 juin devant le Parlement réuni en congrès, divise depuis les tenants de la rigueur budgétaire, qui n'en peuvent plus des déficits à répétition, d'avec les partisans d'une action publique d'envergure. Eux n'en veulent plus de cette pénurie. Et ils rêvent: avec l'argent «nous pourrons inventer l'avenir et le grand emprunt représentera une rupture majeure dans la politique économique française». Du Henri Guaino dans le texte. Très exactement la thèse du conseiller spécial de Nicolas Sarkozy, par ailleurs instigateur auprès du chef de l'Etat de cette idée d'un large emprunt, de préférence auprès des Français, pour s'attacher une partie de l'opinion dans la perspective de la présidentielle de 2012.