Attentat de Karachi: ce que François Léotard a révélé aux députés

Par et

Mediapart publie l'audition de François Léotard devant la mission d'information parlementaire sur l'affaire Karachi. Selon l'ancien ministre de la défense, l'attentat serait «une vengeance de personnes n'ayant pas touché leur part de commissions». Alors directeur du cabinet d'Edouard Balladur, Nicolas Bazire juge l'hypothèse «peu probable».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L'audition n'aura duré que cinquante-cinq minutes, mais elle s'est terminée par un «sentiment personnel» qui est tout sauf anodin. L'ancien ministre de la défense François Léotard a expliqué, le 7 décembre 2009, aux membres de la mission d'information parlementaire sur l'affaire de Karachi que, selon lui, l'attentat qui a coûté la vie à onze ouvriers français de la Direction des constructions navales (DCN), le 8 mai 2002, était «une vengeance de personnes n'ayant pas touché leur part de commissions» au Pakistan. Pour M. Léotard, la piste menant à Al-Qaïda est «peu probable».