Fabrice Arfi

Responsable des enquêtes à Mediapart.

#Presse Ancien reporter à Lyon Figaro (1999-2004), à 20 Minutes (2004-2005), co-fondateur de l'hebdomadaire Tribune de Lyon (2005-2007), j'ai également collaboré à l'AFP, au Monde, à Libération, au Parisien/Aujourd'hui en France, au Canard enchaîné...

#Livres Je suis l'auteur (ou co-auteur) de plusieurs ouvrages : Avec les compliments du Guide (Fayard), Le Sens des Affaires (Calmann-Lévy), Le Contrat (avec Fabrice Lhomme, chez Stock), L'Affaire Bettencourt, un scandale d'Etat (avec Fabrice Lhomme et la rédaction de Mediapart, chez Don Quichotte), L'Affaire Cahuzac, en bloc et en détail (avec la rédaction de Mediapart, chez Don Quichotte), La République sur écoute (avec la rédaction de Mediapart, chez Don Quichotte). J'ai co-dirigé avec Paul Moreira l'ouvrage collectif Informer n'est pas un délit (Calmann-Lévy).

#Films Je suis le co-auteur avec Jean-Christophe Klotz d'un documentaire sur l'affaire Karachi, L'argent, le sang et la démocratie, qui a reçu en 2014 le Grand Prix et le Prix du Public du Festival international du Grand Reportage d'Actualité (FIGRA).

Voir ses activités dans le club

Ses Derniers articles

  • Affaire Urvoas: ce que cache Thierry Solère

    Par et
    L'ex-ministre de la justice Urvoas et le député Solère. © Reuters L'ex-ministre de la justice Urvoas et le député Solère. © Reuters

    Le député macroniste Thierry Solère (ex-LR) a été destinataire en mai 2017 d’une note confidentielle du ministère de la justice sur une enquête judiciaire le concernant personnellement. Contrairement à ce qu’il affirme, le document secret, envoyé par le ministre en poste Jean-Jacques Urvoas, contenait bien des informations précises et confidentielles.

  • Financement du terrorisme: les 15 millions de dollars suspects de Lafarge

    Par
    Un site parisien de Lafarge, à Paris, en mai 2017. © Reuters Un site parisien de Lafarge, à Paris, en mai 2017. © Reuters

    Les juges d’instruction parisiens chargés de l’enquête pour « financement du terrorisme » visant la multinationale Lafarge ont identifié plus de 15 millions de dollars suspects dont une partie importante a financé, entre 2011 et 2015, des organisations terroristes en Syrie (y compris l’État islamique) dans le seul but de maintenir l’activité d’une usine sur place. Révélations.

  • Trois cadres du groupe Lafarge mis en examen pour «financement du terrorisme»

    Par , et Julien Antoine
    Un camion du groupe Lafarge, photographié en avril 2014, en région parisienne. © Reuters Un camion du groupe Lafarge, photographié en avril 2014, en région parisienne. © Reuters

    Deux anciens cadres de Lafarge et un responsable de la sécurité du groupe, par ailleurs ancien candidat du Front national, ont été mis en examen, vendredi 1er décembre, pour « financement du terrorisme » dans l’enquête sur ses liens avec l’État islamique. Le groupe français a maintenu en 2013 et 2014 ses activités en Syrie dans une zone de conflit tenue par Daech.

  • Mafia du CO2: le cadavre et la bague

    Par
    La bague retrouvée près du cadavre de Samy Souied, le 14 septembre 2010. © DR/Mediapart La bague retrouvée près du cadavre de Samy Souied, le 14 septembre 2010. © DR/Mediapart

    Une expertise judiciaire vient pour la première fois mettre à mal la version de l’escroc Arnaud Mimran dans l'enquête sur l’assassinat de Samy Souied, son associé dans “l’escroquerie du siècle” aux quotas carbone. Révélations sur une intrigue criminelle digne des Affranchis, qui tourne autour d’une bague.

  • La folle histoire de la note Moussa Koussa

    Par et
    Moussa Koussa, l'ancien chef des services secrets extérieurs de Kadhafi. © Reuters Moussa Koussa, l'ancien chef des services secrets extérieurs de Kadhafi. © Reuters

    Plus de trois ans d'enquête judiciaire, des dizaines de personnes interrogées, des témoins qui ont peur, d'autres en fuite, des expertises judiciaires d'une sophistication extrême… Mediapart publie, avec l'aimable autorisation des éditions Fayard, un chapitre du livre Avec les compliments du Guide consacré à l'incroyable saga de la “note Koussa”.

  • Sarkozy-Kadhafi: la justice donne de nouveau raison à Mediapart

    Par et
     © Reuters © Reuters

    La note libyenne révélée par Mediapart en 2012, attestant d’une promesse de financement de la campagne de 2007, n’est ni un faux matériel ni un faux intellectuel, selon la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Paris. Cette décision judiciaire est une défaite pour l’ancien président de la République française.

  • Financements libyens: de nouvelles écoutes plombent Villepin et Djouhri

    Par et
     © Reuters © Reuters

    Selon une interception téléphonique de septembre 2016, Dominique de Villepin a demandé à l’intermédiaire Alexandre Djouhri de « clarifier l’origine des fonds » d’un virement reçu par sa société, Villepin International. Au cœur des interrogations : l’argent libyen qui lui a été reversé par Djouhri et les prestations de conseil de l’ancien premier ministre.

  • Première censure au «Point»: les journalistes témoignent

    Par et

    Les deux journalistes Michel Despratx et Geoffrey Le Guilcher reviennent sur la censure, en 2014, de leur interview d’Ahmed Kadaff Al-Dam, dignitaire libyen et cousin de Mouammar Kadhafi, qui confirmait le financement de la campagne de Sarkozy. Une réponse cinglante à Étienne Gernelle qui nie les faits, s’estimant victime de « complotisme ».

  • «Le Point» a censuré une deuxième enquête sur l’affaire libyenne

    Par et
    Le conseiller de Nicolas Sarkozy, Boris Boillon, était au cœur des révélations jamais publiées du "Point" © Reuters Le conseiller de Nicolas Sarkozy, Boris Boillon, était au cœur des révélations jamais publiées du "Point" © Reuters

    Déjà mis en cause pour avoir passé à la trappe un article sur les financements libyens de Nicolas Sarkozy, l’hebdomadaire Le Point a empêché la publication d’une seconde enquête embarrassante pour les équipes de l’ancien président français. Et tout particulièrement pour l’ex-ambassadeur aux valises remplies de cash, Boris Boillon.

  • Sarkozy-Kadhafi: la police rend un premier rapport accablant

    Par et
    Nicolas Sarkozy et Claude Guéant, le 27 mars 2012. © Reuters Nicolas Sarkozy et Claude Guéant, le 27 mars 2012. © Reuters

    L’Office anticorruption de la police judiciaire a signé, le 5 septembre 2017, un premier rapport accablant dans l’affaire des financements libyens de Nicolas Sarkozy. Éric Woerth, trésorier de 2007 et actuel président de la commission des finances de l'Assemblée nationale, est mis en cause. Les juges ont par ailleurs saisi plusieurs biens immobiliers de Claude Guéant.