La «mauvaise vie» des Messieurs du Carlton

Par

Une poignée de notables lillois, pour la plupart issus de la même loge maçonnique, se sont conseillé des «filles» comme d'autres se transmettent des «dossiers». Ils se retrouvent aujourd'hui au cœur d'une vaste affaire de proxénétisme, trop rapidement réduite à la seule figure de DSK. Face à la justice et aux témoignages insoutenables de celles qu'ils appelaient «les copines».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Lille, de notre envoyée spéciale.-  Il tend l’oreille vers le procureur qui lui répète sa question pour la troisième fois. « Je suis appareillé, mais ça ne marche pas. Donc, je n’entends rien. » Voilà deux bonnes heures que René Kojfer se tient à la barre du tribunal correctionnel de Lille. Le dos courbé dans un blazer trop grand, il ânonne, soupire, perd le fil de ses réponses. Quand on lui rappelle de « parler distinctement dans le micro », ce sont des « moui », des « peut-être » et des « je ne sais plus » qui parviennent à nos oreilles.