A Marseille, la place Robespierre au centre d'une bataille culturelle

Par

Le maire du 5e secteur veut remplacer le nom de la place Robespierre par celui d'un couple de tambourinaïres provençalistes. Une initiative qui fait s'insurger plusieurs historiens pour qui ce projet participe de la « légende noire » de Robespierre, entretenue par une partie de la droite et l'extrême droite. Un collectif de militants et de citoyens entend mener le combat idéologique. La mairie centrale temporise.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C'est une information qui alimente la petite histoire du combat culturel opposant gauche et droite. Une histoire de débaptisation symbolique, mais pas anecdotique, celle de la place Robespierre, à Marseille. C'est le maire UMP du 5e secteur, Lionel Royer-Perreaut, qui vient d'en émettre l'idée, répondant à une proposition du comité du quartier plutôt huppé de Mazargues, le 16 avril dernier (lire ici le compte-rendu). Accédant à la demande d'honorer deux habitants, les époux Nazet, défenseurs de la culture provençale et félibres reconnus, le maire envisage alors de remplacer l'Incorruptible par ce couple de tambourinaïres (joueurs de tambourin).