Jean-Luc Mélenchon joue à saute-cadavre

Par et

Jean-Luc Mélenchon dédaigne l'assassinat de Boris Nemtsov et apporte son soutien à Vladimir Poutine. Sa fascination pour la force, l'efficacité, l'occupation musclée du pouvoir, l'éloigne de la conscience démocratique, réduite au rang d'une nocivité yankee. Halte-là !

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Au nom du respect qu'inspirent les morts, L'Humanité, en 1922, lança une campagne contre Raymond Poincaré, flétri pour donner l'image de « l'homme qui rit » dans les cimetières.