Etre juif à Marseille

Par

Deux agressions au couteau en quatre mois. Un lycéen écroué pour avoir maintenu en classe que les attentats sont l'œuvre des juifs et un professeur en garde à vue pour avoir inventé une fausse attaque antisémite surmédiatisée. À Marseille, une partie des juifs aborde l'avenir avec inquiétude.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Albert (*) a pris la mesure de « la peur » qui lui nouait les tripes dans le métro quand, soudain, il a grondé son fils qui fredonnait une comptine en hébreu : « Tais-toi malheureux. On va nous repérer. » Jusque-là, il croyait et il voulait être « au-dessus de cette angoisse » qui paralyse, à chaque attentat terroriste ou agression antisémite, nombre de Français de confession ou culture juive. Il rassurait sa femme. Conseillère principale d’éducation (CPE) « dans un collège public difficile où c’est chaud de dire que tu es juif », elle est « hyper anxieuse ». Depuis l’affaire Merah, « depuis qu’un type a tué des écoliers à bout portant parce qu’ils étaient juifs » : « Le samedi matin, elle peut me faire une crise si je me rends dans une synagogue qui n’est pas gardée par l’armée. »