A la clinique Cahuzac, le bal des espèces

Par

L’avocat de Jérôme Cahuzac assure que « l’essentiel des revenus » placés en Suisse « provenait de (l')activité de chirurgien » de son client. De fait, des témoins se souviennent que Jérôme Cahuzac leur a proposé, dans les années 1990, de régler en espèces. Cette piste ne doit toutefois pas faire oublier l'autre, plus compromettante : l'argent secret des laboratoires pharmaceutiques.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

À la clinique du Dr Jérôme Cahuzac, spécialiste du cuir chevelu, c’était la valse des espèces. L’avocat de l’ancien ministre du budget l’a raconté sans détour mardi 2 avril, après que Jérôme Cahuzac a reconnu l’existence de comptes à Genève et Singapour : « l’essentiel des revenus » non déclarés et placés en Suisse « provenait de son activité de chirurgien », a assuré Me Jean Veil.