Quatre siècles en Guyane

Par Laurence De Cock Et Mathilde Larrère

La colère gronde en Guyane, possession coloniale française depuis le XVIIe siècle. En métropole, on feint de s’étonner, comme si cette mobilisation était la première. Pourtant, ce département souffre depuis très longtemps d’un abandon par la puissance publique et l’a régulièrement fait savoir par de nombreuses manifestations.

Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

© Mediapart

La colère gronde en Guyane, possession coloniale française depuis le XVIIe siècle. En métropole, on feint de s’étonner, comme si cette mobilisation était la première. Pourtant, la Guyane souffre depuis très longtemps d’un abandon par la puissance publique et l’a régulièrement fait savoir par de nombreuses manifestations, dont la plupart des revendications sont restées sans véritable réponse.

Entre surdité et aveuglement, la République française poursuit une politique de nature coloniale dans un territoire qui n’intéresse que pour son or et son centre spatial à Kourou, expliquent les historiennes Laurence De Cock et Mathilde Larrère. Chômage, pauvreté, cherté de la vie et criminalité rendent les conditions de vie insupportables, ce qu’ont fait savoir au gouvernement de nombreux collectifs auto-organisés, rendant la mobilisation en cours inédite.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale