Prison ferme requise dans le dossier des suicides à France Télécom

Par
Pour la première fois pour une entreprise de cette taille, le ministère public a requis vendredi de la prison ferme pour harcèlement moral et complicité contre sept anciens dirigeants de France Télécom, devenue Orange en 2013, qui a connu une vague de suicides de salariés entre avril 2008 et juin 2010.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

PARIS (Reuters) - Pour la première fois pour une entreprise de cette taille, le ministère public a requis vendredi de la prison ferme pour harcèlement moral et complicité contre sept anciens dirigeants de France Télécom, devenue Orange en 2013, qui a connu une vague de suicides de salariés entre avril 2008 et juin 2010.