La Poste: deux millions de votants agitent la droite comme la gauche

Par
2.200.000 personnes ont participé au vote organisé durant huit jours sur le projet gouvernemental de changement de statut de La Poste. A droite comme à gauche, on n'a pas tardé dès dimanche à prendre la mesure de cet élan populaire et des questions qu'il pose. Questions sur l'avenir du service public mais question aussi sur la démocratie. Que faire maintenant de ces deux millions de bulletins? L'UMP a choisi d'y répondre de manière coordonnée lundi matin, en criant à la «manipulation», à la «farce» et en laissant son porte-parole, Frédéric Lefebvre, expliquer que certains avaient voté «22 ou 23fois» et que «Louis de Funès et Marlon Brando» avaient participé auscrutin.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Pendant une grosse semaine, des urnes, des caisses, de simples boîtes ont reçu l'avis de tous ceux qui ont voulu s'exprimer sur un changement de statut de La Poste. «Le gouvernement veut changer le statut de La Poste pour la privatiser. Êtes-vous d'accord avec ce projet ?», interrogeait le texte du bulletin et il s'agissait de répondre par « oui »ou par « non ». Le comité national contre la privatisation de La Poste, qui regroupe la quasi-totalité des partis de gauche, des syndicats (à l'exception notable de la CFDT), et une kyrielle d'associations alter-mondialistes, a livré ce lundi les résultats de cette votation citoyenne: ce sera 2,2 millions.