Un droit de réponse de Me Clélie de Lesquen-Jonas

À la suite de notre article du 2 juin 2018 « Une avocate accusée d'accaparer l'argent des chibanis de la SNCF », nous publions ci-dessous le droit de réponse que nous a adressé Me Clélie de Lesquen-Jonas, par courriel, le 5 juin.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’article publié par Mediapart le 2 juin 2018 fait état d’une plainte qui aurait été récemment déposée à mon encontre du chef d’abus de confiance par « un collectif de retraités marocains de la SNCF », dont j’avais fait condamner l’ancien employeur pour discrimination en janvier 2018 devant la Cour d’appel de Paris. En substance, l’article expose que je suis accusée de m’« accaparer l’argent des chibanis de la SNCF » et précise que, selon la plainte, après avoir déposé les indemnités dues à mes clients sur mon « compte professionnel », j’aurais mis « une condition à la remise des fonds » : celle que mes clients signent « une convention comportant des honoraires de résultat ».