Covid-19 : pourquoi Mélenchon refuse d’appeler fortement à la vaccination

Par

Si le mouvement insoumis s’accorde sur l’efficacité de la vaccination, le candidat rechigne à y appeler formellement. Officiellement, il s’agit de « convaincre plutôt que contraindre ». D’autres y voient une manière de préserver une partie de l’électorat sur un sujet miné.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

On était resté avec l’image de Jean-Luc Mélenchon, sur un plateau de France 5, un jour de janvier 2021 : « En aucun cas » je n’irai au « machin de Pfizer », lançait-il, devant des journalistes médusés. Six mois plus tard, changement de ton sur la vaccination. Les milliards de doses inoculées à travers le monde et surtout, l’intense lobbying interne de son entourage politique ont, semble-t-il, eu raison des « je ne suis pas rassuré » et autres sorties suspicieuses sur l’ARN messager – « un procédé tout à fait nouveau et dont on ne connaît pas les conséquences » – du leader insoumis.