«Banalisation du racisme à l’Assemblée nationale: ouvrons les yeux»

Depuis 1991, les députés passent quotidiennement devant une fresque murale évoquant la première abolition de l’esclavage, par « une imagerie hésitant entre Banania et “Tintin au Congo” ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

À l’Assemblée nationale, les députés passent quotidiennement devant une fresque murale réalisée en 1991 par Hervé di Rosa, dans le cadre d’une série de peintures censées représenter l’Histoire du Palais Bourbon. Y figure notamment un épisode consacré à la première abolition de l’esclavage, représenté par « une imagerie hésitant entre Banania et “Tintin au Congo” ».