Les pistes de Carrez sur le Grand Paris hérissent le Medef

Par
Le Medef s'est déclaré vendredi "farouchement opposé" aux pistes proposées par le député Gilles Carrez pour financer les coûts supplémentaires engendrés par le projet de Grand Paris Express.
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

PARIS (Reuters) - Le Medef s'est déclaré vendredi "farouchement opposé" aux pistes proposées par le député Gilles Carrez pour financer les coûts supplémentaires engendrés par le projet de Grand Paris Express.

Dans un rapport remis jeudi au Premier ministre, l'élu Les Républicains juge nécessaire de trouver 200 à 250 millions d'euros par an, qui pourraient être générés notamment par un relèvement de 150 millions d'euros du produit de la taxe sur les surfaces à usage de bureau, de commerce et de stockage (TSB).

"Le Medef, le Medef Paris et le Medef Ile-de-France se montrent farouchement opposés à ce projet", peut-on lire dans un communiqué publié conjointement par l'organisation patronale et ses deux antennes locales.

Selon le Medef, les mesures préconisées par Gilles Carrez seraient d'autant plus néfastes que, aujourd'hui déjà, "les entreprises franciliennes sont davantage taxées que la moyenne française, notamment du fait de l'importance du versement transport, des différentes taxes spécifiques et de la CVAE, impôts sur les facteurs de production qui pénalisent les entreprises à haute valeur ajoutée".

Le député suggère aussi un relèvement de 50 millions, à 170 millions, du produit de la TSE (taxe spéciale d'équipement) affectée à la Société du Grand Paris et évoque la possibilité de créer une part régionale de la taxe de séjour avec un taux de 30%, soit 30 millions d'euros.

Sont également proposées des mesures à plus long terme, comme la mise en place d'un péage urbain.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale