Hébergement d'urgence: le bilan de Sarkozy embarrasse la majorité

Par

En 2006, le candidat Sarkozy promettait « que d’ici à deux ans plus personne ne soit obligé de dormir sur le trottoir ». Un quinquennat plus tard, les résultats sont loin d'être au rendez-vous, et la majorité est à la peine pour s'expliquer.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Délicate période que celle du « grand froid » pour les membres du gouvernement. Bilan du quinquennat oblige, les voici contraints de rendre des comptes sur l'un des rares engagements du candidat Sarkozy de 2007 en matière d'hébergement d'urgence. « Je veux, si je suis élu président de la République, que d’ici à deux ans plus personne ne soit obligé de dormir sur le trottoir et d’y mourir de froid », avait-il lancé en décembre 2006, à Charleville-Mézières, devant un public conquis. Cinq hivers plus tard, force est de constater que les belles promesses n'ont pas trouvé de toit politique.