RSA : comment être adroit quand on est de gauche

Par

Le revenu de solidarité active est menacé par l'austérité budgétaire. La gauche est divisée sur le sujet, certains comme François Hollande étant prêts à l'enterrer pour mieux prouver l'échec de l'ouverture, d'autres, fabiusiens et communistes en tête, voulant sauver ce qui peut l'être d'une réforme essentielle pour lutter contre la grande pauvreté.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les « réformistes » les plus conséquents à gauche ne sont pas toujours ceux que l'on croit. Les premières réactions autour des menaces sur le Revenu de solidarité active (RSA) en sont une illustration. Entre ceux qui veulent surtout pointer un échec du projet de Martin Hirsch comme le naufrage de l'« ouverture » sarkozyenne, et ceux qui se préoccupent d'une réforme dont ils retiennent d'abord les avantages dans la lutte contre la pauvreté, il y a une différence d'approche où les plus pragmatiques socialement se situeraient plutôt du côté des plus radicaux politiquement.