Mediator: l'administration savait tout dès 1995

Par

Une note inédite d'octobre 1995 révèle que l'Agence du médicament savait dès le début que le Mediator était un anorexigène et que sa «sécurité d'emploi» faisait l'objet d'une surveillance par les centres de pharmacovigilance.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La note de Tabuteau explique une «grave incohérence»

Aussi surprenant que cela paraisse, les inspecteurs de l'Igas ne semblent pas avoir eu accès à la note de Tabuteau du 23 octobre 1995. Les annexes de leur rapport, pourtant riches de plus de 3.000 pages, contiennent une autre note de Didier Tabuteau, datée du 20 octobre et qui ne mentionne pas le Mediator. Du coup, l'apparition du benfluorex dans la liste des substances exclues des préparations, alors qu'il reste autorisé en spécialité, constitue une énigme. Le rapport de l'Igas ne peut que constater, sans l'expliquer, cette «grave incohérence».