Le maire de Sevran en grève de la faim pour «sauver les villes pauvres»

Par

Le maire écologiste de Sevran, Stéphane Gatignon, se dit « à bout ». Seule une réforme complète assurant une meilleure redistribution des ressources des villes entre elles permettrait de sauver de la faillite les communes les plus pauvres, dont la sienne. Reportage et entretien vidéo.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est devant l’Assemblée nationale que Stéphane Gatignon, maire Europe Écologie de Sevran, a décidé de débuter ce vendredi son action de la dernière chance : une grève de la faim. « On est à bout », explique l’élu, alors que le Parlement étudie actuellement le budget national et qu’il se penchera mardi sur la question des finances locales. « Cela fait 11 ans que je suis maire de Sevran et 11 ans que je fais face à une situation de pénurie financière structurelle, aggravée par la crise économique. Aujourd’hui je suis acculé. C’est ma dernière cartouche. Si on ne prend pas ce problème à bras-le-corps, moi demain je ne peux pas payer les employés municipaux et donc fournir les services de base à mes administrés, je ne peux pas payer les entreprises qui travaillent au renouveau de la ville de Sevran… Je n’ai pas d’autre choix. »