Cafouillage d’Etat autour du procureur financier

Par

Les infractions boursières risquent de ne plus être poursuivies à partir du 1er février, le futur procureur financier n’étant toujours pas désigné. Selon des sources informées, l’exécutif aurait renoncé au choix initial de Catherine Pignon. L'inquiétude gagne la magistrature.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Alors qu’un « débat national sur la justice du XXIe siècle » très médiatisé se déroule aujourd’hui et demain à l’Unesco, un léger vent de panique commence à gagner discrètement les hautes sphères de la magistrature. La raison : Christiane Taubira n’a, à ce jour, toujours pas fait connaître officiellement le candidat proposé par son ministère pour devenir procureur de la République financier. Or le temps presse. Au point, selon plusieurs sources informées, qu’il sera d’ores et déjà impossible de pourvoir dans les temps le poste de ce « super procureur » dont l’invention a été annoncée après l’affaire Cahuzac, ainsi que ceux de ses adjoints, ce qui risque d’avoir des conséquences fâcheuses.