Stups, indics: les policiers et magistrats en quête de meilleures pratiques

Par Brendan Kemmet

Après la saisie de 7 tonnes de cannabis à Paris en 2015, de sérieuses dérives ont été mises au jour dans la lutte contre le trafic de stupéfiants en France. Mediapart révèle l’existence d’une « plateforme d’accord » entre le parquet général de Paris et la direction centrale de la police judiciaire destinée à initier de meilleures pratiques.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ce jour-là, ils se sont retrouvés devant le palais des Congrès. Depuis près d'un an, les deux hommes ont choisi le secteur de la porte Maillot pour leurs rendez-vous. Avant, le policier allait voir le trafiquant en prison, à la maison d'arrêt de Nancy. À Paris, au début, les deux hommes se voyaient dans un café. Mais comme le trafiquant parle fort, le commissaire a choisi de le débriefer dans la rue, en marchant. Au fil des rencontres, la confiance s'est installée entre eux. Au point même qu'un des responsables de la direction centrale de la police judiciaire (DCPJ) dira que le voyou est une « source en or ».