Pédophilie: l’Eglise va estimer «le prix de la douleur»

Par Daphné Gastaldi Et Mathieu Périsse (collectif We Report)

À Lyon, le procès canonique du père Bernard Preynat, accusé de violences sexuelles sur des dizaines de victimes mineures, arrive à son terme après des années d’attente. Cette procédure hors norme, interne à l’Église catholique, ouvre la voie à des réparations financières. L’Église souhaite par ailleurs mettre en place prochainement un barème d’indemnisation.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Abusé par un prêtre, Stéphane Girard s’exprime pour la première fois publiquement depuis le début de l’affaire Preynat, fin 2015. Il a 49 ans, et l’Église est aujourd’hui son dernier espoir d’obtenir réparation. Devant la justice des hommes, son cas est prescrit, mais pas devant le tribunal de l’Église. « C’est intéressant que l’Église fasse le ménage chez elle. Le minimum maintenant, c’est que Bernard Preynat soit exclu. Pour les réparations, j’espère que cela ira au-delà de l’euro symbolique », explique-t-il à Mediapart, la voix serrée.