Une membre du comité de soutien aux "9 de Tarnac": «Un flic me braque directement un flingue sur la tête»

Par
Arrêtée dans sa voiture fin avril, une responsable parisienne du comité de soutien aux «9 de Tarnac» raconte en vidéo pour Mediapart les conditions – violentes – de son interpellation. Et l'analyse qu'elle fait de «ce qui nous arrive»: «Le dispositif anti-terroriste peut fonctionner très bien tout seul.» Lire également les derniers rebondissements de l'enquête et la situation judicaire de Julien Coupat.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Tessa Polak a 36 ans. Et «la rage». Tessa Polak est membre du comité de soutien parisien aux «Neuf de Tarnac». Pour Mediapart, elle a accepté de parler. Parce que, dit-elle, «c’est une manière de répondre politiquement à ce qui nous arrive». Ce qui lui arrive à elle, c’est une arrestation en pleine rue, d’une violence rare, le 28 avril dernier, dans le XXe arrondissement de Paris. «Arrivée à hauteur de chez moi, je vois une dizaine de mecs surarmés qui se jettent sur ma voiture, et l’un d’eux me braque directement un flingue sur la tête. Il me l’a pointé sur la tempe. Il me l’a pratiquement entré dans le cerveau…»