Coupe du monde: épargnez-nous une deuxième saison de «black-blanc-beur»

Par

L’écrivain Olivier Guez appréhende l’instrumentalisation d’un éventuel succès français dimanche, en finale de la Coupe du monde, dans un article publié par Le Monde.

 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La tentation est grande de rejouer la partition de France 98 alors que l’équipe nationale joue en finale de la Coupe du monde. À l’époque, la victoire était d’abord celle du sport, mais elle a aussi été érigée comme symbole d’un pays « black-blanc-beur ».