A l'extrême droite, les dissidents du FN tentent le rassemblement

Par
A l'extrême droite, les dissidents du Front national comptent profiter du ralliement de Philippe de Villiers à la majorité présidentielle et d'un FN adouci à la sauce Marine Le Pen pour faire entendre leur voix. Le 11 novembre, le gros des associations et groupuscules s'est réuni au Forum de Grenelle, à Paris, avec un mot d'ordre: «Rassembler et résister». Un mariage de raison qui se traduira par la présentation de «sept ou huit listes» communes aux régionales de mars. Pour combattre leur ennemi numéro un, l'islam, mais aussi pour doubler le parti des Le Pen, endetté et vidé de ses cadres historiques.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

A moins de cinq mois des élections régionales, les dissidents du FN se réveillent à l'extrême droite. Ils en sont persuadés, entre un FN vidé de ses cadres historiques (lire notre enquête) et un De Villiers désormais aux côtés de la majorité présidentielle, un espace se libère. Ils comptent bien l'investir en présentant «sept ou huit listes» communes lors des régionales.