mot de passe oublié
onze euros les trois mois

Restez informé tout l'été avec Mediapart

Profitez de notre offre d'été : 11€ pour 3 mois (soit 2 mois gratuits) + 30 jours de musique offerts ♫

Je m'abonne
Mediapart jeu. 28 juil. 2016 28/7/2016 Édition du matin

Marine Turchi

Diplômée de l'ESJ Lille en 2007, j'ai rejoint Mediapart à sa création pour couvrir la droite et l'extrême droite.

Voir ses activités dans le club

Ses Derniers articles

  • Financement de campagnes: le parquet veut un procès pour le FN

    22 juil. 2016 | Par Marine Turchi
    Le parquet de Paris a demandé le renvoi en procès de dix personnes physiques et morales dans l'affaire du financement des campagnes 2012 du FN. Parmi elles, le parti lui-même, son trésorier et un vice-président, mais aussi le micro-parti de Marine Le Pen et plusieurs de ses proches, anciens du GUD.
  • En Irlande, la réunification est dans les cœurs, mais pas dans les portefeuilles

    19 juil. 2016 | Par Marine Turchi
    Dans les Liberties, quartier populaire de Dublin. © M.T. / Mediapart Dans les Liberties, quartier populaire de Dublin. © M.T. / Mediapart

    En Irlande, le Brexit a remis sur la table un sujet brûlant : la réunification de l'île. En République d'Irlande, beaucoup y sont favorables, mais pas dans le court terme, pour des raisons politiques comme économiques. À l'exception du Sinn Fein, la classe politique évite soigneusement le sujet.

  • Après le Brexit, l'Irlande craint de se retrouver isolée

    9 juil. 2016 | Par Marine Turchi
    Darragh O’Brien, sénateur du parti de centre-droit Fianna Fail et porte-parole aux affaires étrangères du parti. © M.T. / Mediapart Darragh O’Brien, sénateur du parti de centre-droit Fianna Fail et porte-parole aux affaires étrangères du parti. © M.T. / Mediapart

    « L'Irlande doit être centrale dans les négociations avec l’UE », estime Darragh O’Brien, porte-parole pour les affaires étrangères de Fianna Fail, le principal parti d'opposition. « Si nous sommes mis de côté, nous partirons aussi », prévient le sénateur, refusant que son pays subisse les effets du Brexit.

  • Brexit: «L’Irlande devra jouer un rôle fondamental dans les négociations»

    7 juil. 2016 | Par Marine Turchi
    Fresque célébrant les 100 ans de la République irlandaise, dans le quartier populaire Liberty, à Dublin. © M.T. / Mediapart Fresque célébrant les 100 ans de la République irlandaise, dans le quartier populaire Liberty, à Dublin. © M.T. / Mediapart


    Économie, frontière, liberté de circuler : la République d'Irlande est, après le Royaume-Uni, le pays le plus affecté par le Brexit. Elle a pourtant été largement occultée durant la campagne. Pour Agnès Maillot, chercheuse à la Dublin city university, l'île « devient un interlocuteur incontournable dans les négociations » à venir. 

  • A la frontière irlandaise, la crainte d’un retour en arrière

    3 juil. 2016 | Par Marine Turchi
    À Dundalk, à la frontière entre l'Irlande du Nord et la République d'Irlande. © M.T. / Mediapart À Dundalk, à la frontière entre l'Irlande du Nord et la République d'Irlande. © M.T. / Mediapart

    C'est la question qui agite l'Irlande depuis le Brexit : des postes de contrôle vont-ils être réinstallés à la frontière entre l'Irlande du Nord et la République d'Irlande, qui reste membre de l'UE ? Un tel scénario inquiète les transfrontaliers, encore marqués par les checkpoints durant la guerre civile. Et il pourrait avoir des conséquences économiques et politiques désastreuses.

  • Après le Brexit, le Sinn Fein entrevoit son rêve d'une Irlande réunifiée

    30 juin 2016 | Par Marine Turchi
    Le parlementaire Mickey Brady, au local du Sinn Fein à Newry. © M.T. / Mediapart Le parlementaire Mickey Brady, au local du Sinn Fein à Newry. © M.T. / Mediapart

    Il n'y a pas que l'Écosse qui songe à son indépendance pour rester en Europe. Après le rejet du Brexit par l'Irlande du Nord, le Sinn Fein entrevoit une chance historique d'atteindre son objectif de toujours : la réunification de l’Irlande. Le parti nationaliste réclame un référendum. Il a entamé mercredi une série de meetings à travers le pays pour convaincre.

  • En Irlande du Nord: «L’Angleterre nous a poussés hors de l’Europe»

    26 juin 2016 | Par Marine Turchi
    Dans le quartier catholique et nationaliste de Falls Road. © M.T. / Mediapart Dans le quartier catholique et nationaliste de Falls Road. © M.T. / Mediapart

    L'Irlande du Nord a voté à 56 % pour demeurer dans l'Union européenne. Autant dire que le Brexit, voulu par les Anglais et les Gallois, est vécu comme une trahison. Il pourrait avoir ici des conséquences très concrètes : une nouvelle frontière avec l'Irlande du sud, un référendum sur une Irlande unifiée et dans l'UE, et le risque de faire renaître le vieux conflit irlandais. De notre envoyée spéciale à Belfast.

  • «Mêlez-vous de vos fesses!»: comment le maire FN de Fréjus parle à l'opposition

    23 juin 2016 | Par Marine Turchi
    David Rachline, le 30 mars 2014 © Reuters David Rachline, le 30 mars 2014 © Reuters

    À Fréjus, le sénateur-maire FN David Rachline multiplie les attaques contre la presse et l'opposition. Mercredi soir, les tensions ont redoublé au conseil municipal : journalistes taxés de « militants politiques » et éjectés de leurs places, élus insultés sous les huées d'un public acquis au maire et chantant La Marseillaise debout. L'opposition a quitté la salle. 

  • Dans les villes FN, les relations tumultueuses avec la presse locale

    16 juin 2016 | Par Marine Turchi
    Steeve Briois, maire d'Hénin-Beaumont, le 30 mars 2014 © Reuters Steeve Briois, maire d'Hénin-Beaumont, le 30 mars 2014 © Reuters

    Deux ans après l'élection de dix maires Front national, comment travaille la presse locale dans les villes ? Si dans certaines communes les relations sont apaisées, dans celles dirigées par des figures du parti, la cohabitation est difficile : médias boycottés, attaques personnelles, flot de droits de réponse. Plusieurs maires ont opté pour une « communication directe » avec leurs propres “médias”.

  • En France, l’homophobie est soigneusement dissimulée

    13 juin 2016 | Par Marine Turchi et Faïza Zerouala

    Les victimes de la tuerie d’Orlando ont été ciblées en raison de leur sexualité. Mais en France, médias et politiques ont, en grande majorité, occulté le caractère homophobe de cette attaque. Deux chercheurs expliquent cette « invisibilisation » très française et la difficulté « à nommer une communauté ».