Front national et droite: des frontières poreuses

Par

Marine Le Pen peut-elle faire « exploser » la droite, comme elle le promet ? Où passe désormais la frontière entre les électorats de droite et d’extrême droite ? Trois spécialistes du FN en débattent dans notre nouvelle émission, « FN : l’œil des chercheurs ».

Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

fn-chercheurs-logo-generique-22x125-couleur
Marine Le Pen l'assure. Son parti fera « exploser » la droite pour créer deux blocs, un souverainiste, un centriste. La présidente du FN se présente comme la véritable opposition face au Parti socialiste au pouvoir, et met en scène le moindre ralliement en provenance de la droite.

La réalité est plus complexe. Certes, dans certains départements comme le Vaucluse, la recomposition de la droite se fait autour de l'extrême droite. Mais aux dernières élections, le constat global est toujours le même : le Front national réalise un excellent score de premier tour, mais sa capacité à transformer ces résultats en élus au second tour reste faible. Lorsque le parti frontiste est présent en duel au second tour, souvent face à la gauche, le taux de report des électorats de droite n’est pas assez élevé pour gagner. Le FN pâtit de son positionnement antilibéral sur l'économie, repoussoir pour cet électorat séduit par son discours sur l'immigration. Il l'a bien compris, et tente d’infléchir sa stratégie électorale.

Pour ce premier numéro de « FN: l'œil des chercheurs », notre émission de décryptage de la campagne frontiste par des chercheurs, nous avons voulu nous pencher sur ces rapports entre droite et extrême droite, à quelques jours de la primaire qui désignera le candidat Les Républicains (LR). Où passe désormais la frontière entre les électorats de droite et d'extrême droite ? Le Front national est-il en capacité d'aspirer des électeurs, militants, ou cadres de droite ? Quelle sera la stratégie de la droite face au FN ?

Nous en débattons avec trois chercheurs :
Valérie Igounet, historienne spécialiste de l’extrême droite et auteure d’une Histoire du Front national (Seuil, 2014).
Joël Gombin, chercheur à l'université de Picardie-Jules-Verne et membre l'Observatoire des radicalités politiques (ORAP) de la Fondation Jean-Jaurès. Spécialiste de la sociologie électorale du FN, auteur de Le Front national (Eyrolles, octobre 2016).
Nonna Mayer, directrice de recherche au CNRS, rattachée au Centre d'études européennes de Sciences-Po, spécialiste du Front national depuis une trentaine d'années, qui a codirigé Les Faux-semblants du Front national – Sociologie d'un parti politique (Presses de Sciences-Po, 2015).

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale