A Toulouse, jeunes et jaunis

Par

Le « mardi noir » toulousain des lycéens et enseignants en lutte contre la réforme des lycées s’est passé sans heurts. Mais la ville bruisse de nombreuses mobilisations, qui ne demandent qu’à s’agréger.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Toulouse, de notre correspondant.-  Une manifestation tranquille, sans gaz lacrymogènes ni barricades, cela faisait 10 jours que Toulouse n’avait plus connu cela. Mardi après-midi, le cortège contre la réforme du lycée a cheminé sans heurts sur le parcours classique, de la place Arnaud Bernard au monument aux morts. Suivi de bout en bout par des policiers discrets et probablement pas fâchés de souffler après « l’acte IV » mouvementé de samedi.