Europe-Ecologie peut-elle offrir une issue à la gauche radicale?

Par

Sous l'impulsion de Daniel Cohn-Bendit, le rassemblement écologiste donne le sentiment de vouloir recentrer l'axe politique, en se déportant vers le MoDem. Pourtant, les ralliements de Stéphane Gatignon, maire PCF de Sevran (Seine-Saint-Denis), ou d'Emmanuelle Cosse, ancienne présidente d'Act Up et figure de la gauche mouvementiste, inclinent à nuancer l'analyse. Et si Europe-Ecologie devenait l'un des lieux d'accueil de ceux qui, à la gauche du PS, sont lassés des divisions permanentes?

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Depuis quelques semaines, les acteurs de la gauche de gauche ont hissé au même niveau de concurrence le PS et Europe-Ecologie. Pour Olivier Besancenot, comme pour Jean-Luc Mélenchon et, dans une moindre mesure, Marie-George Buffet, le rassemblement de l'écologie politique porté par Daniel Cohn-Bendit et allant de José Bové aux proches de Nicolas Hulot, voire de Jean-Louis Borloo, participerait d'une logique de «formation d'un bloc de centre-gauche à l'italienne», alliant les écolos au PS et au MoDem dans la perspective des élections régionales.