Paul Vergès, dernier pilier communiste de La Réunion

Par

Paul Vergès, doyen du Sénat, figure du communisme international, a incarné les rapports compliqués de la République avec ses territoires à décoloniser. Il ne laisse pas d'héritier mais les politiques publiques ont pris le relais de ses idées.

 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Ce qui est exemplaire avec le peuple vietnamien, c'est sa modestie et son pragmatisme : un peuple qui ne compte que sur ses propres forces. » 1977 : Paul Vergès s'exprime dans Le Fond de l'air est rouge, un film documentaire de Chris Marker. La guerre du Vietnam vient de se terminer et l'homme politique réunionnais, né au Siam, s'inscrit dans l'histoire des luttes anticoloniales. À l'époque, c'est en tant que secrétaire général du parti communiste de La Réunion (PCR) qu'il est interrogé. Il a fondé cette organisation et l'a voulue directement liée à l'empire soviétique, indépendant du PCF.