La Parisienne Libérée: «Les ciseaux de Bercy»

Par

La Parisienne Libérée chante la soudaine timidité qui a saisi Bercy pour « obliger les banques à séparer leurs activités de crédit de leurs opérations spéculatives ». Mon adversaire, c'est 1 % de la finance...

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La Parisienne Libérée chante la soudaine timidité qui a saisi Bercy au moment d'obliger les banques à « séparer leurs activités de crédit de leurs opérations spéculatives » : autant la lame tranche volontiers dans les budgets publics, autant les ciseaux sont vraiment riquiquis face à mon adversaire la finance...