Bayrou et le MoDem dans la tourmente

Par

Le ministre de la justice est déstabilisé par l'enquête judiciaire sur le financement de son parti, et fragilisé par ses propres sorties médiatiques. Une dizaine de permanents du MoDem auraient été rémunérés comme assistants parlementaires européens à temps partiel.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Visé par une enquête préliminaire du parquet de Paris qui porte sur son financement, le MoDem de François Bayrou doit également faire face à une succession de révélations embarrassantes de la part de plusieurs médias. Le dernier élément en date est apporté par Le Canard enchaîné du 14 juin. L'hebdomadaire dévoile que la secrétaire particulière de François Bayrou au MoDem, Karine A., a dû signer en 2010 un avenant à son contrat de travail, par lequel elle devenait l'assistante parlementaire parisienne à temps partiel de la députée européenne Marielle de Sarnez, par ailleurs vice-présidente du MoDem. « La moitié d'abord, puis deux tiers de son salaire sont ainsi réglés avec l'oseille du parlement européen, l'autre tiers restant à la charge du Modem », écrit le palmipède. Or selon son enquête, cette secrétaire particulière œuvrait essentiellement pour François Bayrou, et épisodiquement pour Marielle de Sarnez, « mais elle n'a jamais travaillé pour l'Europe ».