Au PS, l'éducation est un exercice de distinction

Alors que l'éducation s'est imposée comme un thème majeur de la présidentielle, les candidats socialistes, à la veille de leur premier débat télévisé, essaient de faire entendre leurs différences. Si Hollande a frappé fort en promettant de rétablir les 70.000 postes supprimés, les questions de sécurité, de socle commun des connaissances, de rythme scolaire et de temps de travail des enseignants permettent d'affiner les positions.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

C'est un virage qui a laissé pantois jusqu'à son entourage. A quelques jours du premier débat de la primaire socialiste, François Hollande, chantre jusque-là de la rigueur budgétaire, s'est engagé vendredi 9 septembre à rétablir tous les postes supprimés dans l'Education nationale depuis 2007. La proposition de recréer 60.000 à 70.000 postes sur cinq ans a provoqué une crise dans le camp socialiste dès le week-end suivant. Jusqu'alors, les candidats à la primaire s'étaient en effet mis d'accord pour qu'aucun ne s'engage formellement sur le sujet. «François Hollande nous a souvent répété qu'il ne faudrait pas jouer au Père Noël dans cette campagne», note un Bruno Julliard agacé par la sortie de celui qui semble faire la course en tête. «Je remarque cependant une évolution positive puisque, jusque-là, il voulait sanctuariser le budget de l'éducation au niveau, plancher, du budget 2012», poursuit avec une pointe d'ironie le secrétaire national en charge de l'Education et porte-parole de Martine Aubry.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Aujourd’hui sur Mediapart

Voir la Une du Journal

À ne pas manquer

Iran : un pays en révolte
Viols, tortures et disparitions forcées : en Iran, dans le labyrinthe de la répression
Pour les familles, l’incarcération ou la disparition d’un proche signifie souvent le début d’une longue recherche pour savoir qui le détient et son lieu de détention. Le célèbre rappeur Toomaj, dont on était sans nouvelles, risque d’être condamné à mort.
par Jean-Pierre Perrin
Violences sexistes et numérique : ça ne streame pas rond — Enquête
Le youtubeur Léo Grasset visé par une enquête préliminaire pour viol
Selon nos informations, une étudiante a déposé plainte à Paris. Elle accuse de « viol » le célèbre vulgarisateur scientifique et youtubeur, déjà visé par une enquête préliminaire pour « harcèlement sexuel ». De nouveaux témoignages font état de « problèmes de respect du consentement », mais également d’« emprise ».
par Sophie Boutboul et Lénaïg Bredoux
À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique — Chronique
Affaire Perdriau : et à la fin, c’est la liberté d’informer qui l’emporte
Le tribunal judiciaire de Paris a décidé de mettre fin, mercredi 30 novembre, à douze jours d’une censure inédite visant Mediapart. La justice estime que l’avocat du maire de Saint-Etienne lui avait caché des informations essentielles. Mediapart publie l’intégralité de la décision.
par Fabrice Arfi
À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique — Enquête
À Saint-Étienne, le maire et le poison de la calomnie
Dans une enquête que Gaël Perdriau a tenté de faire censurer, Mediapart révèle que le maire de Saint-Étienne a lancé une rumeur criminelle, dont il reconnaît aujourd’hui qu’il s’agit d’une pure calomnie, contre le président de région Laurent Wauquiez. À l’hôtel de ville, des anciens collaborateurs décrivent un quotidien empoisonné par la rumeur, utilisée comme un instrument politique.
par Antton Rouget