Mediator: l'étrange effet Méditerranée

Par

Des données inédites divulguées par la Caisse nationale d'assurance maladie révèlent que le Mediator atteignait des records de consommation sur la côte méditerranéenne, et confirment son utilisation massive comme coupe-faim.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

En 2008 et 2009, juste avant d’être retiré du marché, le Mediator a atteint des records de consommation dans les départements du sud méditerranéen, d’après des données inédites qui viennent d’être divulguées par la Caisse nationale d’assurance maladie. L’analyse de ces données suggère que les prescriptions de Mediator ont été fortement influencées par la proximité des plages de la Côte d’Azur. La relation ne saute pas aux yeux pour un médicament qui était censé être un traitement d’appoint destiné aux patients diabétiques. Elle se comprend nettement mieux si le Mediator, dont la structure chimique est celle d’un anorexigène, a été massivement utilisé comme coupe-faim, notamment pour permettre aux adeptes des bains de soleil de garder la ligne.