Le CCE de la SNCF au centre d’une enquête pour escroquerie

Par et

Le parquet de Paris vient d'ouvrir une information judiciaire sur des malversations au sein du Comité central d'entreprise de la SNCF, contrôlé par la CGT. Le préjudice est évalué à plus de 250.000 euros.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le parquet de Paris a décidé d'ouvrir une information judiciaire pour «escroquerie en bande organisée, faux et blanchiment d'escroquerie» après avoir reçu les résultats d'une enquête de la Brigade de répression de la délinquance économique (BRDE) sur une série de malversations financières découvertes au sein du Comité central d'entreprise (CCE) de la SNCF, contrôlé par la CGT. Les investigations, qui portent sur un système de fausse factures dont le préjudice a été évalué à plus de 250.000 euros par le CCE, ont été confiées au début du mois d'avril à la juge d'instruction Sylvie Caillard, selon des informations recueillies par Mediapart.