Conflit d’intérêts: 100.000 euros gênants pour Françoise Nyssen

Par

En 2017, l’éditeur Actes Sud a reçu 101.415 euros du Centre national du livre, alors que la ministre de la culture, qui exerçait une tutelle sur l’établissement, n’était autre que… son ex-présidente, Françoise Nyssen, révèle Marianne. Elle a conservé certains intérêts dans l’entreprise.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« C’est un scénario gênant pour celle qui a fait de la littérature son métier. Selon les informations de Marianne, la maison d’édition Actes Sud a touché plus de 100 000 euros de subventions du Centre national du livre (CNL) en 2017, alors que la ministre de la culture s’appelait François Nyssen. Or, cette femme de lettres, qui disposait alors d’une tutelle sur l’établissement, détient encore des intérêts importants dans la société qu’elle présidait entre 1987 et mai 2017. Ce conflit d’intérêts patent pose de nombreuses questions, y compris pénales. »