La portée historique du jugement Karachi

Par

C’est la première fois qu’un tribunal correctionnel établit, en France, le financement d’une campagne présidentielle par l’argent sale des ventes d’armes de l’État. Une leçon de choses sur les faiblesses d’une démocratie face à la corruption.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le jugement rendu, lundi 15 juin, dans l’affaire Karachi, est historique : de mémoire de juriste, c’est la première fois qu’un tribunal correctionnel établit, en France, le financement d’une campagne présidentielle par l’argent sale des ventes d’armes de l’État.