La portée historique du jugement Karachi

C’est la première fois qu’un tribunal correctionnel établit, en France, le financement d’une campagne présidentielle par l’argent sale des ventes d’armes de l’État. Une leçon de choses sur les faiblesses d’une démocratie face à la corruption.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Le jugement rendu, lundi 15 juin, dans l’affaire Karachi, est historique : de mémoire de juriste, c’est la première fois qu’un tribunal correctionnel établit, en France, le financement d’une campagne présidentielle par l’argent sale des ventes d’armes de l’État.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal