Montagne d’or: l’Etat fait marche arrière

L’État a finalement renoncé à présenter son avis favorable au prolongement de la concession du méga-projet minier Montagne d’or en Guyane, mercredi 16 octobre. Une expertise juridique supplémentaire est demandée.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Après plusieurs heures de confusion, l'État a finalement fait marche arrière dans le dossier sensible du méga-projet de mine Montagne d'or. Mercredi 16 octobre, s'est réunie la commission départementale des mines, une instance propre au territoire guyanais, qui réunit des représentant·e·s des industriels, des collectivités territoriales, de l’État, des peuples autochtones, et des associations écologistes. La Direction de l’environnement, de l’aménagement et du logement (DEAL) de Guyane, qui regroupe les services déconcentrés du ministère de la transition écologique, devait y présenter un avis favorable à la demande des sociétés minières Nordgold et Columbus Gold Corporation.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal