mot de passe oublié
1 euro 15 jours

Construisez avec nous l'indépendance de Mediapart

Accédez à l'intégralité du site en illimité, sur ordinateur, tablette et mobile à partir d'1€.

Je m'abonne
Mediapart mar. 27 sept. 2016 27/9/2016 Édition du matin

L'état d'urgence s'enracine, le pouvoir parle de «péril imminent»

17 février 2016 | Par Jérôme Hourdeaux

Après les sénateurs, les députés ont adopté à une très large majorité le renouvellement de l'état d'urgence jusqu'au 26 mai. Bernard Cazeneuve a justifié cette mesure par une « intensification de la menace » terroriste. À ce jour, seuls cinq dossiers pour actes de terrorisme ont débouché sur une procédure judiciaire.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les députés ont entériné, mardi 16 février, la prolongation de l’état d’urgence jusqu’au 26 mai. Déjà voté par le Sénat, le texte a été adopté par 212 voix pour, 31 contre (11 PS, 9 Front de gauche, 8 écologistes, 1 Les Républicains et 2 non-inscrits) et 3 abstentions. Les opposants à ce deuxième renouvellement de l’état d’exception décrété au lendemain du 13-Novembre ont donc été un peu plus nombreux que lors du premier, le 20 novembre, qui avait été validé par 551 voix contre 6 et une abstention.