«L’abstention est très défavorable à la gauche»

Par
L'abstention lors de ces élections municipales est de nouveau à la hausse, comme lors des élections législatives de juin, contredisant l'hypothèse d'une embellie démocratique avancée au moment de la présidentielle. L'analyse de Céline Braconnier et Jean-Yves Dormagen, deux spécialistes du phénomène.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

A la veille de l'élection présidentielle 2007 marquée par une très forte participation électorale, Céline Braconnier et Jean-Yves Dormagen avaient publié La Démocratie de l’abstention. N’en déplaise à ceux qui se sont réjouis, en mai dernier, d’une soi-disant renaissance démocratique, les records d’abstention aux municipales des 9 et 16 mars (38,3% au second tour) sont venus refermer la «parenthèse enchantée» de la présidentielle. Comme tous les dimanches d’élection depuis quelque années, Céline Braconnier et Jean-Yves Dormagen ont passé leur journée dans des bureaux de vote et, en particulier, dans celui de la cité des Cosmonautes à Saint-Denis.