Frappes en Syrie: le parlement débat, mais après

Par

Conformément à la Constitution, le gouvernement s’est expliqué devant le Parlement sur les raisons qui l’ont conduit à intervenir en Syrie. L’opposition a, de La France insoumise à LR, fustigé des frappes « sans mandat de l’ONU », risquant de conduire à une escalade militaire.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Forcément un peu irréel, trois jours après le début d’une opération militaire, par ailleurs terminée, le débat sur le bien-fondé de l’intervention en Syrie s’est donc tenu lundi 16 avril à l’Assemblée et au Sénat. L’objectif de ce débat sans vote était d’éclairer a posteriori la représentation nationale sur les intentions de la France en Syrie, sept ans après le début d’un conflit qui a déjà fait 350 000 victimes.