A la Culture, copinage, magouilles et renvois d’ascenseur

Par

Les récentes nominations ou embauches au musée d'Orsay, au musée du quai Branly ou encore à la Cité de la musique ont été faites dans des conditions opaques, à la limite de l'embrouille. Selon notre enquête, la ministre de la culture a même sollicité une lettre de démission pré-datée en mars 2017, juste avant la présidentielle. Une fois de plus, la « République exemplaire » promise par François Hollande est mise à mal.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

S’il faut de nouvelles preuves que la « République exemplaire » promise par François Hollande n’aura été, tout au long de ce quinquennat, qu’une farce, il suffit de se pencher sur une rafale de nominations ou reconductions qui sont intervenues ces dernières semaines dans des institutions prestigieuses qui dépendent de la ministre de la culture, Audrey Azoulay. Copinage, renvois d’ascenseur, octroi d’avantages indus, document antidaté : l’enquête de Mediapart a mis au jour des pratiques pour le moins contestables.