A Tours, le maire sortant accusé de faire campagne sur le dos du Covid

Par

Christophe Bouchet (LR) a abondamment communiqué sur sa gestion de l’épidémie pendant l’entre-deux-tours. Notamment sur la distribution de chèques-cadeau pour soutenir le commerce local. Son adversaire dénonce du « clientélisme ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est dans un grand flou juridique et politique que se tiendra, le 28 juin, le second tour des élections municipales. Du fait du confinement, le report du second tour a en effet ouvert une « zone grise » inédite : les maires sortants qui ont géré la crise pendant cet entre-deux-tours qui aura duré trois mois (et non une semaine, comme il est d’usage) ont-ils instrumentalisé la période pour tenter de se faire réélire ? La crise sanitaire a-t-elle été l’occasion de mener une campagne électorale qui ne disait pas son nom ? Aura-t-elle finalement avantagé les maires sortants qui ont bénéficié d’une visibilité sans commune mesure avec leurs adversaires ?