Au nord de Paris, l’évacuation d’un camp d’exilés s’éternise et crée des tensions

Par

L’évacuation du camp de Porte-de-Paris a duré plus de huit heures, mardi. Les forces de l’ordre ont gazé à plusieurs reprises les migrants. Entre 2 000 et 2 500 personnes devraient être mises à l’abri dans des hôtels ou des gymnases réquisitionnés en Île-de-France.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Saint-Denis (Seine-Saint-Denis).– L’évacuation du camp d’exilés de Porte-de-Paris a débuté à l’aube, mardi matin, à Saint-Denis. Celui-ci avait pris forme au pied du Stade de France l’été dernier et comptait entre 2 000 et 2 500 personnes, dont une majorité d’hommes seuls et une poignée de familles.